Accueil / La sécurité alimentaire de la fourche à la fourchette

Publié le 03 juin 2021

Alors que la journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments se tient le 07 juin 2021, nos experts en hygiène vous expliquent ce que prévoit la réglementation* pour éviter les contaminations alimentaires et ainsi assurer la sécurité des consommateurs.

Les productions alimentaires au microscope…

Artisans de bouche, professionnels de la restauration, industriels… TERANA met à disposition de la filière agro-alimentaire son expertise en matière de sécurité des aliments. Tous doivent veiller au bon respect des règles d’hygiène. Pour cela, la règlementation européenne* prévoit la réalisation d’autocontrôles c’est-à-dire faire analyser les productions alimentaires, les matières premières mais aussi le matériel. 

Afin d’aider les professionnels à être en conformité avec ces exigences*, nos six laboratoires effectuent des analyses microbiologiques de denrées et de surfaces. Nos équipes assurent la collecte des échantillons sur les départements du Cantal, Cher, Loire, Haute-Loire, Nièvre et Puy-de-Dôme.

*Selon le règlement (CE) 2073/2005 et conformément à l’article 4 du règlement (CE) n°852/2004

… pour éviter les contaminations

Listéria, Salmonelles ou encore Escherichia coli… peuvent être à l’origine d’intoxications alimentaires qui provoquent, le plus souvent, des troubles gastro-intestinaux. L’analyse des productions alimentaires permet ainsi de détecter les non-conformités et d’agir rapidement en cas de présence de bactéries.

Des professionnels formés à l’hygiène

TERANA dispose d’une équipe de formateurs-auditeurs experts en hygiène. Ils auditent, forment et conseillent les professionnels de l’agro-alimentaire. Ils les accompagnent également dans l’établissement de leur Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) / Méthode HACCP jusqu’à la validation par les autorités compétentes.

Découvrez toutes nos prestations 
Consultez notre catalogue de formations
Contactez-nous

© Jodie Way

Publié le 12 juin 2020

Maux de ventre, nausées, vomissements… Chaque année en France, plus de 10 000 personnes déclarent être victimes d’intoxications alimentaires, également appelées par les scientifiques : TIAC pour Toxi-Infections Alimentaires Collectives. Comment les reconnaitre ? Que faire en cas de TIAC ? On vous dit tout !

 Comment se caractérise une TIAC ?

Une TIAC est définie comme touchant au minimum deux personnes ayant des symptômes similaires dus à une même origine alimentaire. C’est ce côté collectif qui la différenciera d’une intoxication alimentaire.

Les principaux symptômes d’une TIAC :
– Maux de ventre
– Diarrhée
– Nausée et/ou vomissement

Quelles sont les origines d’une TIAC ?

L’utilisation de matières premières contaminées
• Le non-respect des mesures d’hygiène et des températures (il ne faut pas casser la chaîne du froid ou celle du chaud)
• La non-maîtrise des contaminations croisées lors de la manipulation des aliments (en utilisant par exemple un ustensile sale ou en mettant en contact un aliment sain avec un aliment contaminé…)


On ne le répètera jamais assez, l’hygiène doit être au centre des pratiques culinaires et ce, même à la maison puisque 30% des TIAC ont aussi lieu lors de repas de famille.

Que faire en cas de TIAC ?

1. ALERTER
Dans un premier temps, il faudra alerter les structures en charge des TIAC :
– Le Médecin Inspecteur de l’ARS (Agence Régionale de la Santé)
OU
– La Direction Départementale de la Protection des Populations (ou Service de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation)

2. CONSERVER
Ensuite, il sera nécessaire de conserver tout aliment ou les restes de repas, ayant été servis les heures ou les jours précédant le repas suspecté ainsi que les plats témoins.

3. RÉUNIR LES INFORMATIONS
Il faudra réunir :
• La liste des malades : symptômes, dates et heures de début des symptômes
• La composition des repas collectifs consommés par chaque malade

Ces actions permettront aux services administratifs intervenant en cas de TIAC de retirer les denrées susceptibles d’être dangereuses, d’empêcher la propagation du facteur de risque, d’imposer des mesures correctives en cas d’erreurs commises dans la préparation des aliments.

Quelques conseils pour éviter une TIAC chez soi

• Des mains toujours propres
Un frigo nettoyé régulièrement
• Laver les planches à découper entre deux usages (particulièrement entre des aliments crus et cuits)
• Jeter l’eau qui a lavé le sol dans les toilettes et non dans l’évier
• Consommer dans les trois jours après achat les produits traiteurs, plats cuisinés, pâtisseries à base de crème ou aliments non préemballés.
Respecter les DLC (Date Limite de Consommation)
• Ne pas laisser refroidir un plat chaud à température ambiante
• Être vigilant avec les aliments crus : les viandes, poissons et produits au lait cru sont déconseillés aux enfants, aux femmes enceintes et aux personnes immunodéprimées

TERANA accompagne les professionnels de la restauration

Artisans boulangers, pâtissiers, charcutiers, traiteurs, bouchers, restaurateurs, professionnels de la restauration collective et de l’agroalimentaire… TERANA les accompagne pour assurer la qualité de leurs productions et prévenir des risques de contaminations alimentaires (Listéria, Salmonelles, Escherichia coli, Staphylocoques…).

Chaque année, nos 130 agents analysent plus de 43 000 échantillons pour plus de 2 200 professionnels. Fort de 60 ans d’expertise, TERANA certifie la fiabilité des résultats d’analyses avec l’impartialité du service public.

Respect de la chaîne du froid, mise en place de plans de maîtrise sanitaire… TERANA réalise des diagnostics sur site, conseille et forme les professionnels afin qu’ils soient armés pour répondre aux exigences réglementaires en matière d’hygiène et de sécurité des aliments.

Contactez-nous >> hygiene-alimentaire@labo-terana.fr

Publié le 3 mars 2020

Le 30 janvier 2020, une trentaine d’acteurs de l’agroalimentaire ont signé un pacte pour mieux communiquer sur les dates de péremption et ainsi moins jeter de produits encore consommables.

Alors que 53 % des Français ne savent pas faire la différence entre la date limite de consommation d’un aliment (DLC) et la date de durabilité minimale (DDM), notre auditrice-formatrice Paloma PERRON répond aux questions les plus récurrentes.

Peut-on manger un produit après sa date limite de consommation (DLC) ?

Non. Au-delà de la date indiquée sur l’emballage du produit, il faut absolument le jeter. En effet, les aliments périssables sont chargés en eau ce qui favorise le développement de bactéries pathogènes, potentiellement dangereuses pour notre santé.

Date de durabilité minimale (DDM) : kesako ?

Pain, miel, chocolat, épices, café, lait UHT… sont des denrées non périssables. Tous présentent, sur leur emballage, une date de durabilité minimale (ex-DLUO) qui indique que le produit connaîtra une possible altération de ses qualités organoleptiques passée cette date (changement de texture, couleur, odeur…).

Au-delà de cette DDM, le produit reste consommable et ne constituera aucun danger pour notre santé.

Mise en garde toutefois : si l’emballage est endommagé (cabossé, gonflé ou montre des signes de rouille), il convient de jeter le produit.

Et les yaourts, peut-on les manger après leur DLC ?

Les yaourts sont soumis à DLC car ce sont des produits réfrigérés. Toutefois, il est possible de consommer sans danger un yaourt nature après sa DLC. Seul risque : le yaourt peut avoir un goût qui « pique ». Ce sont les ferments lactiques qui le composent qui peuvent acidifier le yaourt.

Attention toutefois aux yaourts mélangés ou sur lit de fruits qui nécessitent un respect strict de la DLC.

Combien de temps pouvons-nous garder nos préparations fait-maison ?

Il ne faut pas conserver plus de 3 jours les produits préparés à la maison. Même règle pour les produits ouverts (boîte de conserve par exemple).

Pour les produits décongelés, les consommer au plus tard le lendemain de la décongélation.

📻 Pour réécouter l’émission diffusée sur RCF Puy-de-Dôme 👇

 

 

Publié le 6 février 2020

INTOXICATION ALIMENTAIRE. Rien que le mot peut vous faire frissonner de peur. Et si l’on vous disait qu’un tiers des toxi-infections alimentaires collectives ont lieu à la maison ! Avant de vous jeter sur votre éponge et votre spray javel, voici les recommandations de notre expert pour respecter les règles d’hygiène dans votre réfrigérateur.

Les 10 règles d’or

1. Contrôlez la température de votre frigo pour se rapprocher idéalement de 4°C
2. Retirez les suremballages (type carton et plastique de conditionnement)
3. Rangez les produits les plus frais dans la « zone froide » (indiquée dans votre réfrigérateur)
4. A l’inverse, rangez les aliments les moins périssables dans la porte de votre réfrigérateur
5. Lavez-vous les mains avant de manipuler les aliments dans votre frigo afin d’éviter de transporter les bactéries sur d’autres surfaces et denrées
6. Ne gardez pas vos plats fait-maison plus de 3 jours dans le frigo
7. Respectez les dates limite de consommation des produits frais
8. Nettoyez régulièrement les surfaces sales et prévoyez un gros nettoyage de votre réfrigérateur 2 fois par an
9. Évitez d’utiliser de la javel. Une aseptisation trop régulière peut être dangereuse pour votre santé
10. Vérifiez qu’il n’y ait pas d’eau stagnante dans votre frigo ce qui pourrait favoriser la multiplication des bactéries pathogènes

📻 Pour réécouter l’émission diffusée sur RCF Puy-de-Dôme le 20 janvier 2020 👇

© 2016 - Terana
Mentions légales
Plans et coordonnées
Conception : Vice Versa

CANTAL
CHER
LOIRE
HAUTE-LOIRE
NIEVRE
PUY-DE-DÔME
RHÔNE

tranyraw.com