Accueil / Sécurité alimentaire : qu’impose la règlementation aux professionnels ?

Publié le 21 avril 2022

Les récents scandales sanitaires choquent et effraient l’opinion publique puisqu’ils remettent en question la sécurité alimentaire. La règlementation européenne* encadre l’industrie agroalimentaire de manière stricte puisqu’elle impose à tout professionnel (artisan, restaurateur, industriel…) un nombre important de dispositions, et notamment celle de réaliser des autocontrôles microbiologiques de leurs productions.

« C’est à l’exploitant de mettre en place ces autocontrôles et, en cas de non-conformité, de prendre des mesures correctives et d’en informer la DD(CS)PP** s’il existe un risque pour le consommateur***. Dans tous les cas, sa responsabilité est engagée de la réception de la matière première jusqu’à la diffusion du produit fini. », précise Jordan Castex, directeur développement Hygiène alimentaire aux Laboratoires TERANA.

 

Les denrées au microscope


« Lorsque nous effectuons des analyses microbiologiques de denrées et de contrôles de désinfection des surfaces en laboratoire, nous recherchons des indicateurs d’hygiène tels les entérobactéries ou des pathogènes comme l’Escherichia coli, la Salmonelle ou encore la Listeria qui peuvent avoir une incidence plus ou moins grave pour la santé publique. Pour maîtriser les risques, les professionnels doivent utiliser la méthode HACCP qui est un outil fondamental imposé par la réglementation*, dont l’application se formalise sous la forme d’un Plan de Maîtrise Sanitaire. », poursuit Jordan Castex.


Comment les laboratoires TERANA aident les professionnels à assurer la sécurité alimentaire ?

En tant que laboratoire public de proximité, TERANA accompagne plus de 4 000 professionnels dans la réalisation de leurs autocontrôles mais pas que, comme l’explique Jordan Castex : « En plus de notre offre analytique, nous proposons également des formations (Bonnes pratiques d’Hygiène, HACCP), des audits pour avoir une indication sur la conformité, ainsi de l’accompagnement sur-mesure (aide à l’interprétation après analyses ou à la rédaction d’un Plan de Maîtrise Sanitaire, dans des cas spécifiques). » Objectif : accompagner les professionnels pour qu’ils soient conformes aux exigences règlementaires en matière d’hygiène. En plus de valoriser les productions de l’exploitant, une bonne maîtrise des risques permet de garantir la sécurité des consommateurs.

Visionner le reportage « Comment respecter les protocoles sanitaires ? TERANA sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté »

Vous êtes un professionnel de la restauration ou de l’agroalimentaire et souhaitez être accompagné en hygiène, contactez-nous !

*Selon le règlement (CE) 2073/2005 et conformément à l’article 4 du règlement (CE) n°852/2004.
** DD(CS)PP : Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations

*852/2004 article 4 :

Les exploitants du secteur alimentaire prennent, le cas échéant, les mesures d’hygiène spécifiques suivantes :
a) respect des critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires ;
b) procédures nécessaires pour atteindre les objectifs fixés afin que le présent règlement atteigne son but ;
c) respect des exigences en matière de contrôle de la température applicables aux denrées alimentaires ;
d) maintien de la chaîne du froid ;
e) prélèvement d’échantillons et analyses.

*2073/2005 article 4 :


1. Le cas échéant, les exploitants du secteur alimentaire procèdent à des essais fondés sur les critères microbiologiques définis à l’annexe I, lorsqu’ils valident ou vérifient le bon fonctionnement de leurs procédures fondées sur les principes HACCP ou sur les bonnes pratiques d’hygiène.

2. Les exploitants du secteur alimentaire décident des fréquences d’échantillonnage appropriées à appliquer, sauf lorsque l’annexe I prévoit des fréquences particulières. Dans ce cas, la fréquence d’échantillonnage sera au moins celle prévue à l’annexe I. Les exploitants du secteur alimentaire prennent cette décision dans le cadre de leurs procédures fondées sur les principes HACCP et les bonnes pratiques d’hygiène, en tenant compte des instructions concernant l’utilisation des denrées alimentaires.

*** Article L201-7 du livre II du code rural et de la pêche maritime :

« Tout propriétaire ou détenteur de denrées alimentaires ou d’aliments pour animaux soumis aux prescriptions prévues à l’article L. 231-1 informe immédiatement l’autorité administrative désignée par décret lorsqu’il considère ou a des raisons de penser, au regard de tout résultat d’autocontrôle, qu’une denrée alimentaire ou un aliment pour animaux qu’il a importé, produit, transformé, fabriqué ou distribué présente ou est susceptible de présenter un risque pour la santé humaine ou animale.
Dès qu’il a connaissance de tout résultat d’examen indiquant que des locaux, installations et équipements utilisés pour la manipulation ou le stockage de denrées alimentaires et aliments pour animaux sont susceptibles de rendre des produits préjudiciables à la santé humaine, le propriétaire ou détenteur mentionné au troisième alinéa du présent article informe immédiatement l’autorité administrative des mesures prises pour protéger la santé humaine ou animale. »

 

Publié le 03 juin 2021

Alors que la journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments se tient le 07 juin 2021, nos experts en hygiène vous expliquent ce que prévoit la réglementation* pour éviter les contaminations alimentaires et ainsi assurer la sécurité des consommateurs.

Les productions alimentaires au microscope…

Artisans de bouche, professionnels de la restauration, industriels… TERANA met à disposition de la filière agro-alimentaire son expertise en matière de sécurité des aliments. Tous doivent veiller au bon respect des règles d’hygiène. Pour cela, la règlementation européenne* prévoit la réalisation d’autocontrôles c’est-à-dire faire analyser les productions alimentaires, les matières premières mais aussi le matériel. 

Afin d’aider les professionnels à être en conformité avec ces exigences*, nos six laboratoires effectuent des analyses microbiologiques de denrées et de surfaces. Nos équipes assurent la collecte des échantillons sur les départements du Cantal, Cher, Loire, Haute-Loire, Nièvre et Puy-de-Dôme.

*Selon le règlement (CE) 2073/2005 et conformément à l’article 4 du règlement (CE) n°852/2004

… pour éviter les contaminations

Listéria, Salmonelles ou encore Escherichia coli… peuvent être à l’origine d’intoxications alimentaires qui provoquent, le plus souvent, des troubles gastro-intestinaux. L’analyse des productions alimentaires permet ainsi de détecter les non-conformités et d’agir rapidement en cas de présence de bactéries.

Des professionnels formés à l’hygiène

TERANA dispose d’une équipe de formateurs-auditeurs experts en hygiène. Ils auditent, forment et conseillent les professionnels de l’agro-alimentaire. Ils les accompagnent également dans l’établissement de leur Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) / Méthode HACCP jusqu’à la validation par les autorités compétentes.

Découvrez toutes nos prestations 
Consultez notre catalogue de formations
Contactez-nous

© Jodie Way

Publié le 19 mai 2021

Alors que les bars et restaurants rouvrent leurs portes ce mercredi 19 mai 2021, nos experts hygiène délivrent aux professionnels de la restauration leurs meilleurs conseils pour rester en conformité.

1. DÉSINFECTEZ & PROTÉGEZ

LES SURFACES
• Utilisez des produits virucides étiquetés norme EN14476. Pour une efficacité optimale, prévoyez 1 minute de temps de pose.
• Lisez attentivement les précautions d’utilisation de vos produits de désinfection sur l’emballage et/ou la fiche technique : concentration, température de l’eau, temps d’action, rinçage, etc.

LES MAINS
• Optez pour un savon désinfectant pour les mains, en cuisine comme en salle, afin de protéger vos équipes particulièrement exposées au risque de contamination.
⚠ Ne pas utiliser de gel hydroalcoolique en cuisine car la présence d’alcool le rend inflammable.

LE MASQUE EN CUISINE
• En cuisine chaude, proscrivez le masque chirurgical et optez pour un masque en coton type UNS1 pour limiter les risques de brûlures.

LES GANTS
• Utilisez des gants uniquement pour les denrées fragiles telles que le carpaccio, tartare ou poisson frais. Ils doivent être changés toutes les 20 minutes au plus tard, à chaque changement de préparation, dès qu’ils sont abîmés ou sales.
• Effectuez un lavage des mains entre chaque changement de gants pour assurer un niveau d’hygiène optimal.
⚠ Les gants ne se lavent pas et ne se désinfectent pas.

Pour tout savoir sur la désinfection, lisez l’article

2. DÉCONGELEZ SANS RISQUE

• Sortez en priorité les denrées congelées en urgence lors de la fermeture.
• Mettez en décongélation la veille pour une utilisation du produit le lendemain.
• Vérifiez que chaque denrée congelée soit bien étiquetée avec le nom du produit et sa date limite d’utilisation (définie arbitrairement).

3 MOYENS DE DÉCONGELER EN TOUTE SÉCURITÉ

1. En chambre froide entre 0 et +3°C, 24h avant utilisation. Les produits décongelés en chambre froide ont une durée de vie de J+4 à partir du jour de décongélation. Sectoriser les produits et indiquer la date de mise en décongélation.

2. Sous eau courante : placer les produits (crevettes, bulots, pièces de poissons…) dans un bac sous eau FROIDE COURANTE rapidement avant utilisation.

3. Par cuisson directe : sortir les produits de la chambre froide négative et les placer directement en cuisson (ex. steak/frites…).
⚠ Ne pas décongeler à température ambiante pour limiter la prolifération des germes !

Pour tout savoir sur la congélation, lisez l’article

3. ACTUALISEZ VOS AFFICHAGES

• Mettez à jour vos tarifs.
• Vérifiez que les « appellations » d’origine et de qualité soient conformes à vos stocks pour éviter « les pratiques commerciales trompeuses ».
• Optez pour un affichage visible et en salle pour la viande bovine.
• Mettez à disposition des clients le tableau des allergènes (au bar, sur la carte ou affichage mural).

4. RESPECTEZ LES EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES

• Avec les nouvelles instructions pour la réouverture des CHR, actualisez vos procédures Covid et réadaptez vos plans de nettoyage/désinfection.

• Reprenez les auto-contrôles règlementaires : analyses microbiologiques et audit hygiène. Pour cela, les équipes TERANA sont à votre disposition pour réorganiser la collecte de vos prélèvements (denrées alimentaires et contrôles de surface) et réadapter la fréquence des contrôles.

• Procédez à une vérification des DLC notamment pour les préparations effectuées à l’avance telles que les sauces ou les terrines.

⚠ D’après le règlement (CE) 2073/2005 et conformément à l’article 4 du règlement (CE) n°852/2004, les métiers de bouche, restaurateurs, grandes surfaces, industriels et autres professionnels du secteur agroalimentaire sont tenus de réaliser des auto-contrôles. Tous ont ainsi l’obligation de faire analyser des échantillons de leurs productions et de mettre en œuvre des actions correctives.

BESOIN DE CONSEILS HYGIÈNE ? Nos experts vous accompagnent !

CONTACTEZ-NOUS à contactPI@labo-terana.fr

Photo : Freepik

 

Publié le 23 décembre 2020

« Je reprendrai bien une part de buche ! » Le lendemain, on regrette souvent les excès des repas de fêtes, parfois trop copieux, trop gras, trop sucrés… Notre diététicienne Cindy Ribeyre arrive à la rescousse pour vous délivrer ses meilleurs conseils.

1. Ne sautez pas de repas ni avant ni après un repas copieux dans le but de compenser. « Cela aura un effet inverse », explique Cindy Ribeyre, diététicienne TERANA. « Si vous écoutez votre corps, il va se réguler naturellement c’est-à-dire que le lendemain vous aurez moins faim et, par conséquent, vous mangerez moins. »

2. Limitez la consommation de pain et de sauces souvent très riches (sans bannir l’un des deux).

3. Buvez un jus de citron au réveil pour ré-alcaliniser le corps « car après les repas copieux, on a souvent le corps acidifié. »

4. Consommez des aliments moins gras et moins sucrés la semaine qui suit le repas copieux, tout en gardant des repas équilibrés afin de retrouver du tonus.

5. Buvez beaucoup d’eau, de tisane et de thé pour améliorer la digestion.

6. Sortez, prenez l’air pour mieux éliminer les toxines.

7. « Et surtout mangez avec plaisir et ne culpabilisez pas ! », conclut notre diététicienne.

Diététique : TERANA aux côtés des professionnels

Élaboration d’un plan alimentaire, allergies alimentaires, troubles du comportement alimentaire… Les auditeurs-formateurs TERANA accompagnent les professionnels de la restauration commerciale et collective sur toutes leurs problématiques nutrition/diététique mais aussi hygiène et gaspillage alimentaire.

Contactez notre diététicienne-nutritionniste : cindy.ribeyre@labo-terana.fr

 

Photos : Nicole Michalou - Pexels 

Publié le 22 octobre 2020

En France, seule une quinzaine de laboratoires sont habilités à mesurer le taux de contaminants radioactifs éventuellement présents dans un produit comestible.

Myrtilles, champignons, plantes médicinales, baies, produits bio… TERANA PUY-DE-DÔME délivre les certificats de conformité relatifs à la non-contamination radioactive d’aliments. En 2019, plus de 200 échantillons ont été analysés à TERANA PUY-DE-DÔME.

« Les champignons, les feuilles et autres baies sont sensibles à la radioactivité ambiante car ils se nourrissent de débris végétaux et sont capables d’en extraire des éléments radioactifs. Les pieds de mouton, par exemple, sont particulièrement sensibles à la radioactivité. », explique Vincent Kindt, technicien TERANA PUY-DE-DOME.

« Il ne faut pas avoir peur de manger car les conditions sanitaires n’ont jamais été aussi sûres ! »

« Nous broyons l’échantillon pour qu’il soit homogène. Ensuite, nous le déposons dans le détecteur de radioactivité. L’échantillon va alors émettre des rayonnements radioactifs. Les séquences d’analyses peuvent durer 3 heures. Nous allons pouvoir évaluer quels sont les radioéléments présents dans l’échantillon et dans quelle quantité. », poursuit Julie Mage, responsable hygiène alimentaire TERANA PUY-DE-DÔME.


Accrédité depuis 2011, le pôle radioactivité TERANA Puy-de-Dôme a été créé en 1986 à la suite de l’incident nucléaire de Tchernobyl pour répondre à une mission de surveillance sur le territoire.

« Depuis Fukushima, la règlementation a été renforcée. Désormais, le seuil critique d’alerte en France est de 1000 becquerels/kg. Qu’on se rassure, ce seuil est très rarement dépassé. », ajoute Julie Mage.

Certains pays tels que le Japon et le Bangladesh imposent aux entreprises exportatrices de denrées alimentaires de réaliser des analyses de radioactivité. Les produits destinés à l’importation font aussi l’objet de contrôles rigoureux notamment lorsqu’ils proviennent des pays de l’Est ou du Japon.

 

Intoxications alimentaires : les conseils pour limiter les risques

 


Publié le 08/09/2020

TERANA

Créé en 2016, TERANA est un GIP (Groupement d’Intérêt Public) qui regroupe les laboratoires départementaux publics du Cantal, Cher, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme et du Rhône.

Répartis sur cinq sites à Aurillac (15), Bourges (18), Montbrison (42), au Puy-en-Velay (43) et à Lempdes (63), les 160 agents réalisent quotidiennement des analyses sur de nombreuses espèces animales, mais également sur l’eau et les denrées alimentaires.

Objectifs : garantir la sécurité sanitaire et environnementale en prévenant des risques d’épidémies animales, de contaminations alimentaires et de pollution de l’eau.

Pour toujours plus accompagner ses clients agriculteurs, vétérinaires, restaurateurs, hôteliers, communes, industriels et bien d’autres, TERANA propose également ses 60 ans d’expertise en audit et formation sur-mesure (hygiène, gaspillage alimentaire, équilibre nutritionnel, risque légionelles, qualité de l’air en intérieur…).

Missions

Réalisation de bilans d’autosurveillance ou contrôles inopinés sur des station d’épuration urbaines et industrielles,
Tous autres prélèvements d’eaux : potables, chaudes sanitaires, de rivières et de piézomètres….
Prélèvement d’hygiène alimentaire en restauration et métiers de bouche et sur carcasses d’animaux en abattoir.

Poste à pourvoir au Laboratoire TERANA CHER, situé à Bourges.

Activités

Toutes activités :
Réaliser les tâches selon les procédures établies, respecter les règles de sécurité et de confidentialité,
Utiliser les moyens informatiques du laboratoire et les logiciels spécifiques,
Assurer l’entretien courant et la vérification du matériel de prélèvement et appareils de mesure,
Entretenir, ranger et nettoyer le poste de travail, les véhicules de service,
Gérer l’élimination des déchets,
Assurer la validation technique des résultats produits,
Signaler au Responsable technique de son secteur toute information utile concernant analyses et clients,
Communication avec les secteurs techniques des modifications de plannings,
Participation aux essais inter-laboratoire pour les mesures sur site et prélèvements de surfaces,
Participation à la mise à jour des documents qualité.

Prélèvements d’eau :
Prise de rendez-vous,
Suivi du planning de prélèvements,
Préparation du flaconnage nécessaire,
Préparation de l’équipement nécessaire, vérification et étalonnage,
Suivi du rangement du matériel et de son bon état et validation,
Réalisation des mesures de terrain et prélèvement dans le respect du mode opératoire et en fonction des caractéristiques de l’ouvrage et des textes normatifs et règlementaires.

Bilans autosurveillance STEP, contrôles inopinés :
• Visite préalable du site et récupération des renseignements nécessaires,
• Renseignement de la fiche client et établissement d’un devis,
• Rédaction et envoi des convocations ou prise de rendez-vous,
• Participation à l’établissement du planning de prélèvements,
• Installation de l’équipement nécessaire en fonction de la typologie du site,
• Saisie des mesures de terrain, validation technique,
• Entretien, rangement de l’intérieur du véhicule tenu en état de propreté.

Prélèvements d’hygiène alimentaire :
Respect des règles d’hygiène,
Suivi du planning de prélèvements,
Préparation de l’équipement nécessaire,
Suivi du rangement du matériel et de son bon état et validation,
Saisie des informations terrain dans les tablettes.

Connaissances/Savoir-faire

Fonctionnement des stations d’épuration,
Notions en chimie élémentaire,
Prélèvements instrumentés des eaux,
Règles d’hygiène en agro-alimentaire,
Capacité à s’adapter à des situations particulières, aux consignes d’hygiène et sécurité des établissements,
Utilisation de système informatique sur le terrain et au laboratoire.

Savoir-être

Présentation soignée, relation client,
Disponibilité,
Rigueur,
Capacité d’adaptation et d’initiative,
Respect des règles et consignes d’hygiène et de sécurité.

Liens fonctionnels

Le préleveur travaille en lien direct et sous l’autorité des responsables techniques des services, hygiène alimentaire, hydrologie et prélèvements.

Formation ou expérience de base

Bac à Bac + 2 dans le domaine technique des métiers de l’eau
Permis B – conduite sur route ou autoroute adaptée.

Caractéristiques du poste

• CDD temps complet 35H de 6 mois renouvelable
• Tickets restaurants (7€)
• Remboursement des frais de déplacement
• Récupération des heures supplémentaires
• Véhicule de service et carte carburant GR
• Participation à la mutuelle et adhésion au CNAS au bout de 6 mois
• Aide au logement possible (Action Logement)
• Utilisation des logiciels : DIPLABO, DIPTOUR, DIPDOC

Contraintes du poste

Déplacements : Les prélèvements sont à réaliser dans la Nièvre.
Risques spécifiques :
– Risques inhérents à la manipulation de produits chimiques et biologiques et/ou de produits potentiellement contaminés par des germes pathogènes,
– Risques routiers,
– Port de charges lourdes,
-Travail au froid (abattoir) et en extérieur.

Contacts

Florence BAURIER
Directrice TERANA CHER
216 rue Louis Mallet
18020 BOURGES CEDEX
02 48 21 15 31

Prise de poste : dès que possible
Merci d’envoyer votre lettre de candidature et votre curriculum vitae détaillé à Mathilde COMBE : rh@labo-terana.fr

Publié le 02 juin 2020

ROUVREZ EN TOUTE SÉRÉNITÉ
AVEC NOS 2H GRATUITES D’EXPERTISE* !

Professionnels de l’hôtellerie et de la restauration, nos auditeurs-formateurs et techniciens mettent à votre disposition leur expertise pour vous accompagner lors de la réouverture de votre établissement.

Les clients TERANA, implantés dans le Puy-de-Dôme, bénéficient de 2 heures gratuites* de prestation sur la thématique de leur choix :

• Mise en place des nouvelles consignes sanitaires
• Audit hygiène et plan de nettoyage
• Vente à emporter
• Organisation du travail
• Obligation documentaire…


*Offre valable du 1er juin au 30 juin 2020, non renouvelable, uniquement pour les clients TERANA implantés sur le département du Puy-de-Dôme. Dans le cadre de cet accompagnement, aucun document ne sera délivré (pas d’attestation, certificat ou autres comptes-rendus).

CONTACTEZ-NOUS à contactPI@labo-terana.fr

Publié le 23 avril 2020

TERANA

Créé en 2016, TERANA est un GIP (Groupement d’Intérêt Public) qui regroupe les laboratoires départementaux publics du Cantal, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme et du Rhône.

Répartis sur quatre sites à Aurillac (15), Montbrison (42), au Puy-en-Velay (43) et à Lempdes (63), les 130 agents réalisent quotidiennement des analyses sur de nombreuses espèces animales, mais également sur l’eau et les denrées alimentaires. Objectifs : garantir la sécurité sanitaire et environnementale en prévenant des risques d’épidémies animales, de contaminations alimentaires et de pollution de l’eau.

Pour toujours plus accompagner ses clients agriculteurs, vétérinaires, restaurateurs, hôteliers, communes, industriels et bien d’autres, TERANA propose également ses 60 ans d’expertise en audit et formation sur-mesure (hygiène, gaspillage alimentaire, équilibre nutritionnel, risque légionelles, qualité de l’air en intérieur…).

Objectifs du poste

• Élaborer, assurer et développer les actions d’animation, de formation, d’audit et de conseils auprès des clients agroalimentaires de TERANA, en particulier dans les domaines de l’environnement et du gaspillage alimentaire.

Missions

• Conception, développement et réalisation des prestations
• Animation des activités pédagogiques
• Gestion administrative courante
• Prospection de nouveaux clients et suivi commercial

Activités du poste

ANIMATION
• Réalisation d’actions de sensibilisation et d’animation en matière d’environnement auprès de différents publics
• Mise en œuvre d’outils pédagogiques et andragogiques

AUDIT/DIAGNOSTIC
• Réalisation d’audits et de diagnostics
• Rédaction des rapports et des propositions d’amélioration
• Gestion de projet : comités de pilotage, suivi d’indicateurs, réunions, évaluation de projet, clôture de projet…

FORMATION
• Préparation des formations, dispense de formations
• Suivi pédagogique, participation aux bilans

ACTIVITÉS TRANSVERSALES
• Suivi administratif des prestations
• Participation à la conception de l’offre de prestations intellectuelles
• Mise au point et mise à jour d’outils pédagogiques et méthodologiques (outils d’audit, modules de formation…)
• Participation à l’élaboration et à la rédaction d’outils commerciaux (plaquettes, dossiers de présentation)
• Participation aux actions de prospection et promotion
• Participation à la rédaction d’articles ou autres supports de communication.

Liens fonctionnels & hiérarchiques

L’animateur est sous la responsabilité hiérarchique du coordonnateur prestations intellectuelles TERANA.
Une période de 3 mois minimum en binôme sera planifiée avec le coordonnateur. Les déplacements se feront sur les 5 départements de TERANA (15, 42, 43, 63 et 69).

Compétences requises

• Expérience en restauration collective et/ou commerciale
• Connaissances techniques dans le domaine de l’environnement et du gaspillage alimentaire
• Disponibilité, autonomie, créativité
• Qualités relationnelles : sens du contact, de la négociation et de la coopération, sens commercial
• Rigueur et organisation
• Capacités d’analyse et de synthèse
• Aisance relationnelle et rédactionnelle, maîtrise de l’outil informatique

Conditions de travail

Cette fonction engendre de nombreux déplacements.
Ce poste est un temps complet.
Localisation : Aurillac (15), Montbrison (42), Puy-en-Velay (43) ou Lempdes (63).

Contact

TERANA PUY-DE-DÔME
20 rue Aimé Rudel
63370 LEMDPES
Téléphone : 04 73 90 10 41

Paloma PERRON, coordinatrice prestations intellectuelles : paloma.perron@labo-terana.fr

• DÉPÔT DES CANDIDATURES au plus tard le lundi 06 mai 2020
Merci d’envoyer votre lettre de candidature et votre curriculum vitae détaillé à : rh@labo-terana.fr

Publié le 30 mars 2020

Trier, ranger, dépoussiérer, lessiver… Et si vous profitiez du confinement pour vous lancer dans le grand nettoyage de printemps ? L’occasion d’optimiser son temps pour reprendre le chemin du travail déchargé(e) de ces tâches ménagères chronophages.

Les experts hygiène TERANA vous délivrent leur méthode pour assurer le nettoyage et la désinfection de vos locaux professionnels. Des conseils pour les pros également utilisables à la maison.

Nettoyage & désinfection : quelles différences ?

Le nettoyage permet d’éliminer les résidus et souillures visibles, à l’eau claire ou avec l’aide d’un détergent. La désinfection, quant à elle, permet de détruire les microbes à l’aide d’un désinfectant.

Bon à savoir ! Pour bien désinfecter une surface, il faut l’avoir nettoyée au préalable.

Quels produits de nettoyage utiliser ?

 La plupart des produits professionnels de nettoyage sont nettoyants et désinfectants. Il est important de lire les fiches techniques avant utilisation pour connaître l’action de vos produits. En cuisine, assurez-vous que vos produits soient « aptes au contact alimentaire ».

Attention ! Gare à la toxicité de ces produits chimiques qui peuvent nuire à votre santé. Protégez-vous (lunettes, masque, gants, bottes, tablier…) !

 « Il est important de vous rapprocher de votre fournisseur pour bien choisir vos produits de nettoyage et désinfection en fonction de leur efficacité, de leur temps d’action, de leur compatibilité avec les matériaux présents dans votre entreprise… », Paloma PERRON, biologiste, auditrice-formatrice hygiène des aliments au laboratoire TERANA.

Ménage de printemps : nettoyer les surfaces « oubliées »

 Murs, portes, lustres, étagères… Le ménage de printemps c’est l’occasion de nettoyer les surfaces que l’on laisse souvent au dépourvu, faute de temps. Ci-dessous quelques exemples de surfaces à nettoyer.

  • Etagère : ~1fois /mois
  • Murs, portes et plafonds : ~1fois/mois
  • Chambres froides : ~1fois/mois
  • Fritteuses, fours et grills : selon l’utilisation
  • Monte-charge
  • Economat
  • Machines à glace

Pour nettoyer et désinfecter, il suffit d’avoir du TACT !

T = température
Elle joue un rôle important sur l’efficacité des produits. Dans la phase de nettoyage, l’eau chaude aide à éliminer les graisses. Attention ! Les produits chlorés sont à utiliser à l’eau froide !

A = action mécanique
Il s’agit de l’action de frotter, brosser qui permet d’éliminer les salissures et d’aider leur dissolution dans le détergent. L’usage des éponges, des raclettes mousses et des matériels avec du bois n’est pas recommandé. Préférez les lavettes synthétiques jetables ou lessivables, balais brosse, raclettes en caoutchouc, etc.

C = concentration
Un produit d’entretien surdosé présente un risque de contamination chimique
des surfaces et du matériel, car son rinçage sera plus difficile. De plus, cela représente une dépense d’eau et de produit inutile.
À l’inverse, un produit sous-dosé est inefficace. Privilégiez les systèmes de dosage automatique.

T = temps d’action
Bactéricide, levuricide, fongicide, virucide… chacun son temps d’action !

Bon à savoir ! Pensez à alterner les produits de nettoyage et de désinfection pour éviter la sélection de souches résistantes, de biofilms, etc.

« Dans un contexte professionnel notamment en restauration, il est important de maintenir une traçabilité à jour des opérations de nettoyage et de désinfection. Ces actions doivent faire l’objet d’enregistrements rigoureux dans le cadre du Plan de Maîtrise Sanitaire», Paloma PERRON, biologiste, auditrice-formatrice hygiène des aliments au Laboratoire TERANA.

Une efficacité à vérifier !

Des contrôles visuels doivent être réalisés après chaque action de nettoyage/désinfection.

Afin d’évaluer l’efficacité du plan de nettoyage/désinfection du matériel et des locaux, les professionnels doivent réaliser des analyses de leurs surfaces. En effet, la réglementation européenne impose l’analyse microbiologique des surfaces mais aussi des denrées afin d’assurer la sécurité des consommateurs.

Besoin de conseils ? Contactez-nous à hygiene-alimentaire@labo-terana.fr

Publié le17 février 2020

Qu’on se le dise, l’œuf en lui-même n’est pas dangereux mais certaines mesures de précaution sont à prendre afin d’éviter la contamination avec les nombreuses bactéries présentes sur sa coquille (la plus dangereuse, la salmonelle). Le point avec Paloma PERRON, biologiste, auditrice-formatrice en hygiène des aliments au laboratoire TERANA.

Les 5 mesures de précaution :

1. Ne lavez pas vos œufs avant de les stocker car cela va enlever la pellicule protectrice et va permettre aux bactéries de pénétrer l’œuf et le contaminer
2. Dès la sortie du frigo, consommez très rapidement les œufs
3. Jetez rapidement les coquilles à la poubelle
4. Lavez-vous bien les mains après avoir touché la coquille d’un œuf afin d’éviter les risques de contamination croisée (transport de bactéries sur d’autres surfaces ou aliments)
5. Ne gardez pas les préparations fait-maison à base d’œuf plus de 2-3 jours au frigo (mayonnaise, mousse au chocolat, etc.)

📻 Pour réécouter l’émission diffusée sur RCF Puy-de-Dôme le 06 janvier 2020 👇

© 2016 - Terana
Mentions légales
Plans et coordonnées
Conception : Vice Versa

CANTAL
CHER
LOIRE
HAUTE-LOIRE
NIEVRE
PUY-DE-DÔME
RHÔNE

tranyraw.com