Accueil / Catalogue / Anti-gaspi : l’école de Chappes entre dans la lutte avec TERANA

Anti-gaspi : l’école de Chappes entre dans la lutte avec TERANA

Publié le 11 mai 2021

Depuis octobre 2020, TERANA accompagne la commune de Chappes (Puy-de-Dôme) dans sa lutte contre le gaspillage alimentaire. L’objectif : réduire les déchets alimentaires au sein du restaurant scolaire et réinvestir les économies réalisées vers des aliments locaux, bio et de saison.

Grâce au plan d’action mis en place, la pesée alimentaire réalisée ce lundi 10 mai 2021, a révélé un gaspillage alimentaire de seulement 16% !

Un projet collaboratif et pédagogique

Enseignants, agents de restauration et élèves… Pour atteindre cet objectif, les auditeurs-formateurs TERANA travaillent en collaboration avec tous les acteurs du projet. En novembre 2020, un premier état des lieux a évalué la situation et identifier les besoins du personnel de cuisine, mais aussi des enfants. Désormais, le gaspillage des légumes dans les assiettes s’élève à 19%, contre 23% lors de la première pesée alimentaire réalisée en février 2021. 

« Il faut pouvoir comprendre le fonctionnement psychologique et sensoriel des enfants vis-à-vis des aliments pour mieux les accompagner durant la prise du repas. Et pour éviter les « je n’aime pas » sans même avoir goûté au plat, nous devons être à leur écoute », explique Julien Testu, auditeur-formateur hygiène alimentaire et développement durable.

Après le diagnostic établi, des actions correctives anti-gaspi ont été mises en place. « Les enfants ont demandé à être servis en quantités raisonnables et souhaitent aussi participer à l’élaboration des menus. De plus, des logos ont été créés pour mettre en avant les plats faits-maison, les produits frais, de saison ou encore issus de l’agriculture biologique. Effectivement, malgré leur jeune âge, les élèves sont sensibles à ces thématiques et ont compris l’importance d’une alimentation plus « durable » », poursuit Julien Testu.

« Maintenant je goûte à tous les plats. Cela me permet de savoir quels aliments me plaisent. Aujourd’hui je n’ai pas pris d’entrée car je sais que je ne l’aime pas. Par contre, la salade de fruits frais je l’adore, je vais en demander ! », s’est exprimée Jade, élève de CP.

Dans le réfectoire, un espace de tri a également été installé pour mieux gérer les restes des assiettes. De plus, les horaires de service ont été aménagés. En effet, adultes et enfants ont exprimé le besoin d’un moment plus calme, pour pouvoir apprécier les plats servis et profiter pleinement de ce moment convivial. Ainsi, pour éviter les pleurs, la fatigue accumulée au cours de la matinée et le refus de manger, les enseignants veillent à respecter les horaires de service pour que les élèves puissent se rendre au restaurant scolaire à l’heure. « Cette organisation permet au personnel de restauration d’être plus facilement à l’écoute des élèves, de les initier aux goûts et donc de mieux les accompagner durant leur repas, auparavant trop bruyant », explique l’auditeur-formateur TERANA.

« Les élèves ont beaucoup appris sur le développement durable et sur la saisonnalité des aliments. Cette thématique suscite aujourd’hui leur intérêt. Ces échanges leur ont aussi permis de comprendre l’importance d’être à l’écoute de l’autre pour pouvoir se faire entendre. Ils se sentent impliqués et sont eux aussi les porteurs de ce projet. Ils apprécient désormais de pouvoir échanger dans le calme pour pouvoir accompagner l’ensemble de leurs camarades dans cette lutte contre le gaspillage alimentaire », s’est confiée Isabelle Bionnier, institutrice de CE2.

Un engagement anti-gaspi qui porte ses fruits

En à peine 4 mois, le restaurant scolaire de Chappes peut se féliciter d’être passé d’un gaspillage de viande dans les assiettes de 29% à 18%. Une réussite collective qui contribue à tous, comme l’explique David Blanzat, le cuisinier : « Le changement le plus radical est l’adaptation des portions. Les élèves demandent à être servis en plus petite quantité, notamment lorsqu’il s’agit de la viande. Les restes dans les assiettes se font donc de plus en plus rares et cela va nous permettre, à nous adultes, d’adapter les volumes commandés, de diminuer le gaspillage en cuisine et de réaliser d’importantes économies. Nous privilégions aussi des aliments locaux, comme par exemple le fromage. Il arrive tout droit de producteurs régionaux et est découpé en cuisine. Ainsi, nous limitons les emballages en plastique, notre impact carbone est moins important et nous contribuons à la préservation de notre environnement ».

TERANA accompagne les professionnels

Nos auditeurs-formateurs accompagnent les professionnels de la restauration collective dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Des diagnostics personnalisés et des plans d’actions sur-mesure sont élaborés pour réduire les déchets alimentaires de 20 à 80 %.

Contactez notre animateur en gaspillage alimentaire : julien.testu@labo-terana.fr

© 2016 - Terana
Mentions légales
Plans et coordonnées
Conception : Vice Versa

CANTAL
CHER
LOIRE
HAUTE-LOIRE
NIEVRE
PUY-DE-DÔME
RHÔNE

tranyraw.com